Biocontrôle : Le réseau thématique EMBA est lancé

Le réseau EMBA (Ecological Management of Bioagressors in Agroecosystems), qui regroupe des chercheurs de l’Inra travaillant sur la gestion écologique des bioagresseurs dans les agroécosystèmes a été officiellement lancé lors d’une réunion à Paris en octobre 2014. Ce réseau s’inscrit pleinement dans les nouvelles orientations du plan Ecophyto qui met en avant l’utilisation de méthodes de biocontrôle afin de limiter l’usage de produits phytosanitaires dans l’agriculture. Une quarantaine de participants, essentiellement des chercheurs de l’Inra ainsi que des industriels, ont participé à cette réunion de lancement sur le thème du biocontrôle.

Trybliographa rapae Westwwod, endoparasitoïde solitaire de larves de diptères.. © © INRA, INRA - BIO3P / Université RENNES1
Mis à jour le 17/03/2015
Publié le 18/02/2015

Organiser le réseau, un point de départ essentiel

L’objectif principal de cette réunion de lancement était dans un premier temps de favoriser la connaissance respective des équipes de recherche Inra et de leur thème de recherche en lien avec le biocontrôle. Aujourd’hui à l’Inra, près de 30 équipes de recherche, comprenant 70 chercheurs, ingénieurs et techniciens, mènent des recherches sur ce thème. Les principaux ravageurs de cultures étudiés dans les laboratoires sont des phytopathogènes (bactéries, champignons, oomycètes, virus) et des invertébrés (acariens, insectes, nématodes).

Au cours de cette réunion, une discussion sur les attendus, le fonctionnement futur du réseau ainsi que la mise en place de groupes de travail thématiques s’est tenue avec l’ensemble des participants. Les échanges ont également permis d’identifier précisément des verrous au développement du biocontrôle.

Enfin, une table ronde a été organisée avec des présentations et des discussions autour de la législation relative au biocontrôle. Cela a permis d’aborder des points particuliers tels que la réglementation applicable aux agents de luttes biologiques et à l’introduction de macro-organismes ou bien le confinement d’organismes vivants à des fins scientifiques.

Rencontrer les acteurs industriels du biocontrôle

Après avoir cerné les principales équipes de recherche de l’Inra travaillant dans le champ du biocontrôle, des échanges avec les acteurs économiques et industriels de cette filière en plein essor se sont instaurés. Le marché mondial actuel du biocontrôle, estimé à 1,6 milliard d’euros (550 millions en Europe et 100 millions en France) est en constante augmentation et suscite un intérêt renouvelé de la part des entreprises du secteur. Ces dernières sont notamment en quête de partenariats constructifs avec les laboratoires de recherche à la fois pour résoudre des questions concrètes mais aussi pour anticiper les développements futurs.

Agrauxine, Bayer CropScience, InVivo AgroSolutions, Natural Plant Protection et OMEGA ont participé à cette réunion en présentant leurs activités respectives ainsi que leur intérêt dans les recherches menées sur le biocontrôle. Une voie prometteuse, qui semble attirer particulièrement les industriels, est celle de l’utilisation des micro-organismes comme méthode de biocontrôle. Des discussions ont suivi chaque présentation et ont donné lieu à des échanges particulièrement intéressants entre industriels et chercheurs.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :