• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Trois projets ANR retenus pour l’IGEPP

L’Agence Nationale de la Recherche (ANR) a publié courant juillet les listes des projets sélectionnés dans le cadre de son appel à projets générique 2018 (hors projets de recherche collaborative – internationale). Cette année, 981 projets ont été sélectionnés sur les 7004 projets déposés. Parmi les projets retenus, 3 sont coordonnés par des chercheurs Inra de l’unité IGEPP, Institut de Génétique, Environnement et Protection des Plantes du Centre de recherche Inra Bretagne-Normandie.

Puceron vert du pois, Acyrthosiphon pisum.. © Inra, Bernard Chaubet
Par Arnaud RIDEL - Jean-Christophe SIMON - Solenn STOECKEL - Akiko SUGIO
Publié le 24/08/2018

P-Aphid : Etudier les interactions moléculaires entre le pois et les pucerons

De par sa teneur en protéines, le pois est une importante culture en France et en Europe. Cette plante cultivée est cependant soumise aux attaques de nombreux agents pathogènes et ravageurs dont les pucerons. Afin de développer des plantes résistantes aux pucerons comme alternative à la lutte chimique, il est nécessaire de mieux connaitre les interactions moléculaires entre le pois et les pucerons. Les chercheurs des UMR IGEPP, IPS2, et Agroécologie, du Max Planck Institute de Jena (Allemagne) et de Maynooth University (Irlande), impliqués dans le projet P-Aphid, émettent l'hypothèse que des déterminants majeurs de ces interactions sont les protéines de résistance/sensibilité des plantes et les protéines salivaires que les pucerons injectent dans celles-ci. Par des approches de génétique et transcriptomique menées à la fois sur le pois et les pucerons, ils chercheront à identifier les gènes clés sous-jacents à ces interactions. Des lignées de pois mutées aux gènes candidats de résistance/sensibilité seront identifiées et leurs interactions avec les pucerons seront caractérisées par des mesures de survie et de fécondité des insectes et des analyses transcriptomiques et métabolomiques sur les plantes.

Coordinateur : Akiko SUGIO (UMR IGEPP, équipe Ecologie et Génétique des Insectes, Centre de recherche Inra Bretagne-Normandie)

Le projet Mecadapt pour comprendre comment les insectes s’adaptent à leurs plantes hôtes

Le projet Mecadapt cherche à dévoiler les mécanismes d’adaptation des insectes à leurs plantes hôtes. Il s'appuie sur un consortium comprenant 3 laboratoires français (UMR IGEPP, CBGP et ISEM) et 2 universités étrangères (University of Sheffield et Maynooth University). Il vise plus précisément à reconstruire l’histoire évolutive des évènements de spécialisation du puceron à la plante et à identifier des régions génomiques contrôlant ce trait sur une espèce de puceron présentant des populations spécialisées sur des plantes-hôtes distinctes. Ce projet permettra de tester si des évènements indépendants d'adaptation trophique impliquent les mêmes régions génomiques et les mêmes gènes. Ce projet renseignera également sur les mécanismes permettant aux insectes de se spécialiser sur de nouveaux hôtes, ouvrant ainsi des perspectives de développement de stratégies durables de lutte contre ces ravageurs.

Coordinateur : Jean-Christophe SIMON (UMR IGEPP, équipe Ecologie et Génétique des Insectes, Centre de recherche Inra Bretagne-Normandie)

Clonix2D : Etudier l’influence de la clonalité partielle sur l’évolution génétique de populations naturelles se propageant dans de nouveaux territoires

Le projet Clonix2D a pour objectif de comprendre les dynamiques démogénétiques et d'identifier les processus éco-évolutifs en œuvre dans les populations partiellement clonales colonisant de nouveaux territoires. Les chercheurs impliqués dans ce projet utiliseront une approche couplée de modélisation mathématique et algorithmique, et les analyses de données génétiques d’espèces invasives et épidémiques appartenant à différents règnes eucaryotes pour identifier les caractéristiques de leurs dynamiques évolutives. Ce projet permettra de prédire les trajectoires évolutives des populations partiellement clonales en cours de propagation pour mieux comprendre les mécanismes biologiques en jeu lors des épidémies et des invasions. Les avancées conceptuelles et méthodologiques du projet aboutiront au développement de nouveaux outils d’analyses des forces évolutives en cours dans ce type de populations. Clonix2D implique 32 scientifiques en écologie, évolution, mathématiques et informatique de 12 organismes de recherche français, chiliens et américains.

Coordinateur : Solenn STOECKEL (UMR IGEPP, équipe Démécologie, Centre de recherche Inra Bretagne-Normandie)

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Jean-Christophe SIMON UMR1349 IGEPP Institut de Génétique Environnement et Protection des Plantes
  • Solenn STOECKEL UMR1349 IGEPP Institut de Génétique Environnement et Protection des Plantes
  • Akiko SUGIO UMR1349 IGEPP Institut de Génétique Environnement et Protection des Plantes