Claude Bruand : Portrait du microbiologiste qui dirige le LIPM

Qu’elles soient humaines ou entre des plantes et des microorganismes, les interactions jalonnent la vie de Claude Bruand, directeur de recherche nouvellement nommé à la direction du Laboratoire des Interactions Plantes-Microorganismes (LIPM) du centre Inra Toulouse Midi-Pyrénées. Microbiologiste de formation, il étudie la symbiose entre bactéries et légumineuses au sein de l’équipe de recherche « Réponses aux stress et signaux de l'environnement des rhizobia » qu’il dirige depuis 2006. En janvier 2016, Claude Bruand prend la direction du laboratoire de recherche toulousain pour cinq ans. Cette structure d’excellence en science végétale et en microbiologie associe l’expertise de chercheurs Inra à celle de chercheurs CNRS en vue de mettre au jour de nouveaux concepts et outils d’intérêt agronomique.

Claude Bruand, directeur de l'unité LIPM du centre Inra Toulouse-Midi-Pyrénées.. © Inra
Mis à jour le 09/08/2016
Publié le 09/08/2016

ADN et bactéries : à la découverte du monde microscopique

Claude Bruand a découvert sa passion pour la science et la recherche au cours de ses stages d’études. Après un Diplôme d’Etudes Approfondies en microbiologie à l’Université Paris 7, il poursuit sa formation scientifique par une thèse de doctorat en biochimie-microbiologie. Ses travaux de thèse commencés à l’Institut Jacques Monod à Paris se sont terminés au Laboratoire de Génétique Microbienne du centre Inra Jouy-en-Josas, laboratoire auquel il restera fidèle pendant presque 10 ans. Ses premières années de recherche portent sur l’étude de la réplication de l’ADN des bactéries.

Sa forte implication combinée à un cadre de travail idéal et aux rencontres faites à l’Inra sont autant d’éléments propices à sa progression de carrière. Claude Bruand rejoint le Laboratoire des Interactions Plantes-Microorganismes (LIPM) du centre Inra Toulouse Midi-Pyrénées en 2001 et dirige depuis 2006 l’équipe « Réponses aux stress et signaux de l'environnement des rhizobia ». Au sein de son équipe de recherche, Claude Bruand travaille sur les effets du stress sur les bactéries rhizobia. Associées aux racines des plantes légumineuses, ces bactéries fixent l’azote de l’air au bénéfice de leur plante hôte. Cette capacité unique présente des avantages agronomiques, économiques et environnementaux considérables puisqu’elle permet de cultiver les légumineuses et d’enrichir les sols sans ajout d’engrais azotés.

Les interactions comme moteurs du LIPM

Claude Bruand, devenu directeur de recherche en 2011, prend la direction du LIPM en janvier 2016. Situé en agglomération toulousaine, le LIPM est une unité mixte de recherche qui associe des agents Inra et CNRS. Claude Bruand est très attaché à l’union de ces deux acteurs scientifiques majeurs qui illustre bien, selon lui, la vocation à la fois fondamentale et finalisée de la recherche conduite au LIPM. Le laboratoire toulousain explore les interactions bénéfiques ou pathogènes qui existent entre les plantes et les microorganismes en vue de les améliorer ou les combattre, et ainsi d’en faire bénéficier l’agriculture et l’environnement. Les travaux de recherche du LIPM sont au cœur du projet du LabEx (Laboratoire d’excellence) TULIP, dirigé par Dominique Roby, précédente directrice du LIPM. Ajouté à ces thématiques de recherche innovantes, le travail concerté d’équipes de microbiologistes et de biologistes du végétal fait la richesse et la pluridisciplinarité de ce laboratoire reconnu.

Concernant ses nouvelles fonctions, Claude Bruand tient à préciser qu’un laboratoire n’est pas mené par un directeur seul mais par une équipe de direction. C’est accompagné de ses deux directeurs adjoints, Susana Rivas et Stéphane Genin, qu’il s’accorde sur les orientations du LIPM, dans la continuité de celles de ses prédécesseurs. Cela passe notamment par l’animation scientifique, un point qu’il souhaite renforcer afin de rendre la recherche scientifique toujours plus ouverte et génératrice de liens. Cette dimension collective du travail de recherche est importante : « On dit que l’intelligence collective est supérieure à la somme des intelligences individuelles. On utilise d’ailleurs le terme d’équipe de recherche : il faut être capable de travailler ensemble, comme dans un relai » explique-t-il. La communication au sein de l’unité reste le maître mot de ce nouveau directeur à l’enthousiasme contagieux.

Un manager qui souhaite rester chercheur

Comme beaucoup de directeurs d’unité, Claude Bruand est un scientifique avant tout, et tient à le rester pendant son mandat de direction. Son emploi du temps de directeur est organisé de sorte à réserver des moments d’échanges hebdomadaires avec son équipe afin de participer aux réflexions, encadrer les recherches et suivre l’avancée des travaux. Enthousiasmé par sa nouvelle position, cette double casquette ne lui offre pas le temps de s’ennuyer. Construire l’avenir du LIPM nécessite notamment de savoir déléguer et Claude Bruand insiste sur l’aide précieuse des équipes administratives. Mais il rappelle aussi qu’il est facile de se laisser dévorer par le travail, et qu’il faut savoir se ménager des moments personnels.

Ces 6 premiers mois à la tête du LIPM et de ses quelque 150 personnes et 11 équipes de recherche ont offert à Claude Bruand de découvrir les nouvelles activités et facettes inhérentes à sa double fonction. A la question concernant le style de management qu’il a décidé d’adopter, il répond : « Je pense qu’on ne décide pas a priori de la façon dont on va animer un collectif. Si l’on décide, cela veut dire qu’on a déjà adopté un mode directif. Je préfère me laisser un peu de temps pour juger, avec le recul, de la meilleure façon de procéder ». L’humilité et la bienveillance de Claude Bruand associées à ce goût très prononcé pour l’interaction humaine ne manqueront pas de conforter la position du LIPM comme un haut lieu de la recherche scientifique.

CV de Claude Bruand, directeur du LIPM, Inra Toulouse Midi-Pyrénées

  • Depuis janvier 2016 : Directeur de l’UMR LIPM, Centre Inra Toulouse Midi-Pyrénées.
  • Depuis 2011 : Directeur de recherche Inra.
  • Depuis 2006 : Animateur, Equipe « Réponses aux stress et signaux de l'environnement des rhizobia ». LIPM, Centre Inra Toulouse Midi-Pyrénées.
  • 2001-2005 : Chargé de recherche, Equipe « Fonctions symbiotiques, génome et évolution des rhizobia ». LIPM, Centre Inra Toulouse Midi-Pyrénées.
  • 1996-2000 : Co-animateur avec P. Polard, Equipe  « Protéines de réplication de Bacillus subtillis ». Laboratoire de Génétique Microbienne, Centre Inra Jouy-en-Josas.
  • 1991-1996 : Chargé de recherche, Equipe « Réplication de l’ADN des plasmides de bactéries à Gram positif ». Laboratoire de Génétique Microbienne, Centre Inra Jouy-en-Josas.
  • 1987-1991 : Thèse de doctorat. Biochimie-Microbiologie : lien entre la stabilité structurelle de l’ADN bactérien et sa réplication. Institut Jacques Monod, Paris. Laboratoire de Génétique Microbienne, Centre Inra Jouy-en-Josas.
  • 1986-1987 : DEA - Microbiologie, option Bactéries-Phages. Institut Pasteur, Université Paris 7.

Le LIPM, Laboratoire des Interactions Plantes-Microorganismes

Le LIPM regroupe 11 équipes de recherche :

  • Dynamique de la réponse immunitaire et adaptation au changement climatique
  • Fonctions symbiotiques, génome et évolution des rhizobia
  • Génétique et Génomique du Tournesol
  • Génomique écologique de l’adaptation dans les communautés végétales
  • Immunité quantitative chez les plantes
  • Infection endosymbiotique et développement nodulaire
  • Pouvoir pathogène de Ralstonia et adaptation à son environnement
  • Réponses aux stress et signaux de l’environnement des rhizobia
  • Signalisation, immunité et développement des plantes
  • Signalisation symbiotique
  • Stratégies infectieuses des Xanthomonas

http://www6.toulouse.inra.fr/lipm/