Piqure d'Aphidius matricariae sur puceron.. © Inra, GAMBIER Jacques

Biocontrôle

L’Inra, un partenaire majeur dans le biocontrôle

La volonté de réduire la dépendance de l’agriculture aux pesticides de synthèse stimule de façon croissante l’innovation dans le domaine du biocontrôle. En tant qu’institut de recherche, l’Inra est un acteur majeur de cette évolution, en développant des projets qui vont du plus fondamental jusqu’au transfert et à l’application des solutions.

Publié le 12/11/2014

L'Inra développe en particulier une mission de service public visant à mettre à disposition des filières des solutions et des pratiques innovantes. Pour cela l'Institut engage des recherches à l’interface entre les enjeux de science académique et les enjeux appliqués à l’agriculture, dans le but d’ouvrir des perspectives d’innovation. Enfin, l'Inra vient régulièrement en appui aux activités de Recherche et Développement des entreprises du secteur du biocontrôle. Pour répondre aux besoins des filières de production, l’Inra collabore avec les entreprises pour développer de nouvelles solutions et transférer des méthodes facilitant leur utilisation.

Un partenariat nécessaire avec les entreprises

Les recherches de l’Inra ont donné naissance à des grandes lignes d’innovation en biocontrôle. Dans le domaine de l'entomologie, par exemple, elles sont à l’origine du développement de Biotop, l’une des plus anciennes entreprises de lutte biologique. La collaboration entre l’Inra et Biotop a notamment donné naissance à un des principaux produits de lutte biologique contre la pyrale du maïs, le trichogramme.

Les recherches en virologie et écologie chimique ont également abouti à la mise sur le marché de solutions de biocontrôle très utilisées contre le carpocapse du pommier, la carpovirusine et la confusion sexuelle par phéromones. Ces solutions sont constamment améliorées grâce à une collaboration entre les entreprises et l’Inra.

D'autres recherches portent sur les molécules utilisées par les ennemis naturels pour attaquer les ravageurs, sur les bactéries symbiotiques des ravageurs et auxiliaires, ou encore sur les communautés microbiennes influençant les épidémies dans les cultures. Elles ouvrent de nombreuses pistes d’innovation à explorer pour créer des solutions applicables en biocontrôle.