• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Riziculture en Camargue.. © Inra, SLAGMULDER Christian

Présentation

Sommaire
Mis à jour le 15/12/2017
Publié le 13/12/2017

Le département Santé des Plantes et Environnement (SPE) est l’un des 13 départements de recherche de l’Institut National de la Recherche Agronomique. Il traite des questions relatives à la santé des cultures au sens large, incluant la protection contre les bioagresseurs (agents  pathogènes, ravageurs et adventices) mais aussi la valorisation des interactions bénéfiques avec les microorganismes, le maintien du service de pollinisation et l'analyse des conséquences de la protection sanitaire en termes d'impact sur les populations naturelles.

Le département Santé des Plantes et Environnement est chargé de mener des recherches dans le domaine de la protection des cultures, avec pour objectif principal d’assurer à la fois leur efficacité et leur compatibilité avec une agriculture durable.

Pour cela, le département SPE s'appuie sur une quarantaine d'unités de recherche qui regroupent près de 800 chercheurs et techniciens.


Trois missions principales

  • Mener des recherches pour la protection des cultures, avec pour objectif principal d’assurer une bonne efficacité dans le cadre d’une agriculture durable.
  • Comprendre le fonctionnement des écosystèmes agricoles pour prévenir les épidémies, faciliter les régulations biologiques et limiter les impacts de la phytoprotection sur l’environnement.
  • Fournir des connaissances et des outils pour la protection des cultures dans un contexte agroécologique et au service des filières agricoles. 


Trois champs thématiques

  • Analyse des interactions moléculaires en santé des plantes : analyser, comprendre et exploiter les mécanismes moléculaires sous-jacents aux interactions entre organismes, qu'elles soient de  nature pathogène ou bénéfique.
  • Systématique et description du vivant : décrire, identifier et ordonner  les  espèces  et  leurs sous-groupes, analyser l'organisation de l'information génétique au sein de leurs génomes, décrire les cortèges d'espèces.
  • Biologie fonctionnelle des populations : analyser leurs fonctionnalités et leurs propriétés émergentes, qu'elles soient de nature évolutive ou démographique, et qu'elles résultent de déterminants anthropiques ou environnementaux.


Chiffres clés en image du département Santé des Plantes et Environnement pour 2016.. © Inra, Arnaud RIDEL
Chiffres clés en image du département Santé des Plantes et Environnement pour 2016. © Inra, Arnaud RIDEL