• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
Ascalaphe. © inra, Christian SLAGMULDER

Santé des plantes et environnement

Sans protection contre leurs agresseurs (maladies, insectes ravageurs etc), les récoltes seraient compromises, tant en quantité qu'en qualité. La protection des cultures a donc toujours été une composante majeure de la recherche menée par l'INRA au service de notre agriculture. Il est en effet essentiel, pour mieux les contrôler, de comprendre les mécanismes de développement des épidémies à l'échelle de la parcelle ou du paysage, ainsi que les processus moléculaires et cellulaires qui permettent à un micro-organisme de rendre une plante malade et à la plante de se défendre en retour.

Le département "Santé des Plantes et Environnement" ne se contente pas de déployer ses efforts pour améliorer l'efficacité, la spécificité et la robustesse de la protection des cultures. Une partie importante des recherches que nous menons a pour objet de mieux comprendre le fonctionnement des écosystèmes agricoles pour, d'une part, prévenir les épidémies et, d'autre part, évaluer les impacts de la phytoprotection sur l'environnement.

À la une
Attribute Type Value
Piqure d' APHIDIUS MATRICARIAE  sur puceron. © GAMBIER Jacques

Les parasites et ravageurs des plantes ont toujours posé des problèmes en agriculture, mais leur incidence a augmenté avec le processus d'intensification engagé après la seconde guerre mondiale pour répondre à la demande alimentaire. Des méthodes de lutte ont été développées et ont permis de maintenir un bon niveau de production, mais la plus largement utilisée dans les conditions de production actuelle reste la lutte chimique, qui n’est pas sans conséquence pour l’environnement et la santé humaine. Un effort majeur est engagé depuis quelques années pour proposer des solutions alternatives efficaces comme les méthodes de biocontrôle.

Les unités du département